Que signifie faire mouche ?

Faire mouche c’est atteindre son but.

Quelle est l’origine de cette expression ?

L’expression date du 19ème siècle. Nous l’avons notamment retrouvée dans le dictionnaire Argot-Français (1896) de Georges Delasalle.

Elle fait référence à une cible, utilisée par exemple au tir à l’arc. Au milieu de la cible il y a en général un point noir. Ce dernier, vu de loin, peut ressembler à une mouche. Ce point central est celui que tout tireur essaie d’atteindre. Et si sa flèche se plante dans ce point central, en quelque sorte s’il fait mouche, il démontre que c’est un très bon tireur.
Au sens figuré, faire mouche signifie donc que l’on atteint l’objectif visé.

L’expression dans la littérature


Dans la préface (page XIV) du livre « Scènes de la Bohème » (1851) de Henry Murger, l’expression y  est employée dans son sens propre. Ce livre a été un « livre culte ». Henry Murger y dépeint les aventures artistiques et sentimentales d’une nouvelle génération qui aspire à faire de l’art mais dont la pauvreté les contraint à manger de la vache enragée.

 

 

La Tête des autres, pièce de théâtre de Marcel Aymé, créée à Paris au théâtre de l’Atelier le 15 février 1952, est un manifeste contre la peine de mort. On y retrouve l’expression dans son sens figuré :
« vous étiez en train de terminer votre réquisitoire. Quelle péroraison ! D’une concision, d’une violence, d’une aigreur ! Vous faisiez mouche à chaque mot. Les jurés ne respiraient plus. L’assassin en était ratatiné à son banc. »

 

Autres expressions faisant mouche ?

 

Pour trouver d’autres expressions mettant la mouche en scène, cliquer sur l’illustration à gauche.

 

Share Button

Laisser un commentaire