Que signifie Ma caille ?

Ma caille est au sens figuré un terme employé pour désigner une jeune fille, une jeune femme.

Quelle est l’origine de cette expression ?

Ma caille est aujourd’hui un terme affectueux qu’un homme emploie parfois pour appeler sa chérie. D’ailleurs on peut noter que, dans ce domaine, la volaille est à l’honneur : poulette, poule, poupoule, cocotte. Alors, est-ce à dire que Monsieur a parfois des prises de bec avec sa bien-aimée ? Mais ceci est une autre histoire. revenons à la caille.

Au 16ème siècle, une caillette était une personne frivole, sans consistance et bavarde. Cela venait en effet de caillette, le nom d’un bouffon de Louis XII et François 1er. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle cela resta un nom masculin au moins jusqu’au 17ème. C’est devenu féminin sous l’influence de la terminaison. Mais aussi parce que cela s’apparentait au diminutif de caille. Nous en avons l’exemple dans les mémoires de Saint-Simon (1716) : « Canillac en colère lui reprocha la futilité de son esprit et son incapacité d’affaires et de secret et, qu’en un mot, il n’était qu’une caillette.« .

Et cela donna, vers la fin du 18ème, le verbe « cailleter » (faire la caillete, bavarder) et le mot « cailletage » (bavardage).
On retrouve d’ailleurs du cailletage chez Sainte-Beuve, dans les causeries du lundi (1850) : « En général, le ton de ces lettres de Mme de Grafigny est petit, assez commun ; c’est proprement du cailletage : « Cailleter ! oh ! c’est une douce chose, » s’écrie-t-elle en un endroit, et elle prouve de reste qu’elle s’y complaît. »
Un peu plus tard, dans le dictionnaire de la langue verte (1907) de Hector France, la définition associée à caillette est « petite femme aimable et de moeurs légères« .

Pour revenir à monsieur qui donne à sa bien-aimée le doux surnom de « ma petite caille », « ma poulette » ou « ma p’tite cocotte », il n’y a aucune arrière pensée. Pas de bouffonerie. Pas de femme frivole. Pas de bavardage. Mais sans aucun doute une petite femme aimable.

Autres expressions avec volaille

Clic sur l’oie qui oit

Auteurs cités dans cet article

Saint-Simon (1675-1755)
Sainte-Beuve (1804-1869)
Hector France
Hector France (1837-1908)

 

Share Button

Laisser un commentaire