Que signifie Prendre pour argent comptant ?

Prendre pour argent comptant c’est croire naïvement ce qui est dit sans se poser de question, croire sur parole.

Quelle est l’origine de l’expression ?

Au 14ème siècle on utilisait des locutions telles que “argent/or/denier/écu comptant” qui signifiaient “en espèces“.
On trouve un exemple dans “Les Chroniques de Sire Jean Froissart” (1387) : “étoient payés en bons deniers comptans“.
On écrivait parfois “comptant” sous la forme “contant” ou “content”. Il s’agissait des espèces qui servaient à payer une marchandise. Et  on pouvait donc compter, vérifier l’argent immédiatement au moment de la transaction.

C’est à partir du 16ème siècle que l’on rencontre l’expression sous sa forme actuelle, parfois avec le verbe “donner” à la place de “prendre”. Le sens était celui que nous connaissons aujourd’hui. Il s’agit d’un sens figuré s’inspirant toutefois du sens propre initial. En effet, on affirme ou on donne quelque chose en demandant de l’accepter, de le prendre comme de l’argent comptant (des espèces) qui auraient déjà été comptées et qu’il est inutile de revérifier.
On en trouve un exemple dans “De la force de l’imagination” (1580), l’un des essais de Montaigne : “comment respondre des pensées de personnes incognues ; et donner pour argent contant leurs conjectures ?“.

D’autre part, à la même époque, on utilisait également l’expression “prendre pour argent conté“, qui, pour exprimer la même idée, semblait plus logique. Voir “Contes et discours d’Eutrapel” (1585), de Noël du Fail : “prennent tout ce qu’on leur dit, vrai ou faux, pour tout asseuré et argent conté“.

Allez ! dites-nous si vous êtes contents de prendre pour argent comptant ce que l’on va contant ici ?

Autres expressions sur le thème de l’argent ?

Un clic suffira !

Un mot sur notre illustration

Un clic pour en savoir +
Share Button

Laisser un commentaire