Signification de « Faire ses choux gras de quelque chose » : En faire son délice, en tirer avantage, s’enrichir

express'ION mascotte du site savour.euexpress’ION vous commente « Faire ses choux gras »

L’origine de l’expression « Faire ses choux gras » remonte à la période médiévale. L’ouvrage « Phraséologie potagère » de Julie Amerlynck mentionne l’utilisation de l’expression dans la pièce « Le plaidoyer »  (1478-1480) du poète Guillaume Coquillard. Il indique même que, à cette époque, l’expression avait un sens érotique ( « Jouir de », « prendre du plaisir » ).
Dans « Curiositez françoises ….(1640) de Antoine Oudin, la définition qui est donnée (page 103) est « Tirer de l’utilité, tirer un grand profit d’une chose ». Notons que l’expression y est encore qualifiée de vulgaire, sans doute à cause de la nuance érotique qu’elle revêtait à la fin de l’époque médiévale.

Si nous laissons de côté cette nuance ancienne, le sens de l’expression est double. Tout d’abord c’est faire des choux un bon plat en y ajoutant du gras, donc s’en régaler, en faire son délice. D’autre part, c’est rendre gras ses plants de choux de façon à en tirer un meilleur profit. D’où le sens de « retirer profit », « s’enrichir ».
De nos jours, l’expression reste usuelle. Toutefois elle s’emploie plutôt dans un sens péjoratif, le profit provenant de l’exploitation d’une situation, de quelqu’un ou de quelquechose, l’objectif étant de s’enrichir, donc de gagner des choux !!

Pour terminer, impossible de ne pas parler de « La soupe aux choux« , le film tiré du roman de René Fallet. Voici un extrait où, notamment, l’extra terrestre « La denrée » déguste la soupe « du Glaude »

Share Button

Laissez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.