Que signifie Peu me chaut ?

Peu me chaut signifie “peu m’importe”, “je m’en fiche”.

Quelle est l’origine de l’expression ?

Précisons tout de suite qu’il n’y a pas de faute d’orthographe dans cette expression …. elle n’a rien à voir avec un petit coup de chaud !
Et pourtant elle vient du verbe “chaloirqui, lui-même, vient du latin calere“. Et ce dernier signifiait, au sens propre “être chaud”, et, au sens figuré “s’inquiéter”, “importer”.

De nos jours, le verbe “chaloir” a disparu du langage courant. Seul subsiste la 3ème personne au présent de l’indicatif : “Chaut“. Son utilisation est attestée dans le plus ancien texte connu en ancien français. Il fut rédigé dans les années 880, dans le monastère de Saint-Amand, l’un des plus grands centres de production de manuscrits du monde carolingien, près de Valenciennes. Il s’agit d’une pièce liturgique connue sous le nom de “Cantilène de Sainte-Eulalie“. En voici l’extrait : “El li enortet, dont lei nonque chielt, Qued elle fruct lo nom christiien” (Il lui ordonna, mais peu lui chaut de renoncer au titre de chrétienne)

Au 12ème siècle, on rencontre l’expression avec l’orthographe actuelle dans la phrase “Il ne me chaut“. C’est dans “Le chevalier au lion (vers 1180) de Chrétien de Troyes.

Notons que l’une des forme de “chaloir” est “chalant” au participe présent. Au 12ème siècle cela signifiait “ami, protecteur”. Au 16ème siècle c’était plutôt utilisé avec le sens de “client”. Puis “chalant” a formé “chaland” (client, acheteur) et “achalander” (procurer des clients).

Et, pour terminer avec le verbe “chaloir” qui n’existe plus mais qui a laissé des traces dans la langue française, mentionnons qu’il a formé le mot “nonchaloir“, également disparu. Cela désignait la “nonchalance” de celui auquel les choses importent peu, et qui proclame “cela ne me fait ni chaud ni froid“.

Autres expressions sur le thème du comportement, de la manière d’être ?

Un mot sur notre illustration

Un clic pour en savoir +
Share Button

Laisser un commentaire