Que signifie Un joyeux drille ?

Un joyeux drille est un compagnon jovial, sympathique et bon vivant.

Quelle est l’origine de l’expression ?

Des soldats en état de vagabondage

Très souvent, dans une réunion de famille ou une bande d’amis, il y a l’amuseur de service, le bon vivant que l’on qualifie de joyeux drille. Et force est de constater que cette expression ne s’applique qu’à des hommes. Pourquoi donc ? Et bien tout simplement parceque cela fait référence à une profession masculine. En effet, au 17ème siècle, les drilles étaient des soldats vagabonds. Dans « Le jargon ou langage de l’argot réformé » (1629), l’écrivain Ollivier Chereau les décrit ainsi : « Les drilles ou narquois sont des soldats qui truchent » (mendient); « battent en ruine les entiffes » (pillent les églises); « piaussent dans les pioles » (dorment dans les tavernes); « pictent gourdement » (boivent beaucoup).
Bref, les drilles étaient donc des soldats à pied, errant, pillant et ripaillant joyeusement de leur butin. L’expression n’a sans doute retenu que cet aspect ripailleur pour oublier les piteuses conditions de vie de ces soldats que l’on méprisait.

D’ailleurs, dans son dictionnaire universel (1690), Antoine Furetière mentionne qu’un drille est un méchant soldat et que ce mot ne s’emploie que par mépris et par raillerie. Il indique également que, dans l’ancien français, cela désignait un haillon, un habit qui s’en va en lambeaux. Donc, si l’on suit l’explication de Furetière, on peut en déduire que ces soldats vêtus de drilles (guenilles) ont pris le nom de leurs propres (mais sales) habits.

Bon, pauvre, vieux ou joyeux drille ?

A l’inverse, dans son « dictionnaire Francois contenant les mots et les choses » (1680), Richelet en a, quant à lui, retenu le sens jovial. En effet il mentionne qu’un drille est « une sorte de bon garçon éveillé et un peu libertin, qui aime à faire des tours un peu gaillards ». Il ajoute que cela peut être également « une sorte de soldat un peu fripon ». Et il termine avec l’expression « un bon drille » qui est donc l’ancêtre du « joyeux drille », expression faisant son apparition plutôt au début du 19ème siècle.

D’autre part, dans le dictionnaire de l’académie française (1694), on indique qu’un « pauvre drille » est un « pauvre malheureux ». Et, dans l’édition de 1776, on trouve la notion supplémentaire de « vieux drille » dont le sens était « vieux libertin ».

De nous jours, on a oublié les adjectifs « bon », « pauvre » et « vieux » pour ne retenir que « joyeux ». On n’emploie jamais le mot drille sans cet adjectif. Parfois on utilise d’autres qualificatifs similaires tels que « boute-en-train » et « gai luron ». Et, pour rester dans le domaine militaire, cela s’applique à celui qui, pour amuser son entourage, « fait le zouave ».

Autres expressions du site savour.eu ?

Expressions françaises avec Express'ION
Un clic suffira !
Share Button

Laisser un commentaire