Que signifie Avoir un nom à coucher dehors ?

Avoir un nom à coucher dehors c’est porter un nom original, peu courant, difficile à écrire ou à prononcer.

Quelle est l’origine de cette expression ?

Pas sortis de l’auberge

Au Moyen Âge et jusqu’au début du 19ème siècle, le patronyme reflétait souvent le rang social. C’était le cas pour les nobles, grâce à leur particule. Pour d’autres, il pouvait faire référence à une fonction réputée (ex : chevalier, Lemoine).
A cette époque, les auberges et relais n’avaient pas le même développement que nos chaines d’hôtels actuelles, et leur capacité d’accueil pouvait vite être dépassée.
Dans une telle situation, le nom des clients potentiels servait aux aubergistes à les classer. Ceux dont le rang social était le plus élevé se trouvaient en tête de liste pour se voir attribuer une chambre. Et, bien souvent, les derniers de la liste avaient peu de chance d’être accueillis. Toutefois, ceux dont le nom évoquait un métier banal (ex : Boucher, Barbier) pouvaient, éventuellement, espérer dormir au chaud dans l’écurie avec les chevaux. En revanche, les roturiers et ceux qui portaient un nom à consonance étrangère étaient moins bien lotis. Ils devaient coucher dehors.

L’expression utilisée de nos jours s’inspire de cette coutume médiévale. Mais on n’a réellement commencé à l’employer qu’au 19ème siècle pour désigner les noms sortant de l’ordinaire. C’est par exemple attesté dans “L’ouvrier, journal illustré” (1863) : “Va te promener avec ton nom à coucher dehors“.

Aide au logement

Il existe la variante “un nom à coucher dehors avec un billet de logement“.
Le billet de logement était un acte administratif obligeant un habitant à loger un ou plusieurs militaires de passage. Il fut très utilisé pour réquisitionner des logements pour les soldats de l’armée napoléonienne, dont de nombreux mercenaires étrangers. En référence à la vieille pratique médiévale, ces derniers portaient donc un nom à coucher dehors. Mais, là, ils détenaient un billet leur assurant le gîte. Ils avaient donc un nom à coucher dehors avec un billet de logement.

Autres raisons de passer une nuit à l’extérieur

Un nom n’est pas seul responsable de l’injonction de passer une nuit à l’extérieur. En effet, on peut également utiliser “A coucher dehors” lorsque l’on considère qu’une chose, une idée, un concept est invraisemblable, extravagant. A titre d’exemple, pour l’écrivain Sylvain Tesson on peut même avoir “une vie à coucher dehors

Autres expressions sur le thème de l’apparence ?

Un mot sur notre illustration

Un clic pour en savoir +
Share Button

Laisser un commentaire