Que signifie Hurler avec les loups ?

Hurler avec les loups c’est se montrer critique et injuste envers quelqu’un pour ne pas déplaire au plus grand nombre par bassesse ou conformisme.

Quelle est l’origine de cette expression ?

Du 14ème au 18ème siècle

Elle est attestée dès la fin du 14ème siècle. En effet on la trouve dans “le miroir de mariage” (vers 1385), satire quelque peu hostile aux femmes, du poète Eustache Deschamps (1).
“….  se me marioye
et adonques plus pecheroye
Que se je me trouvoie seulx.
Il faut hurler avec les leux;

Là il s’agit d’un jeune homme que l’on presse de se marier mais qui ne le souhaite pas. Et son argument est que s’il se mariait il pêcherait bien plus que s’il restait célibataire. Ceci pour faire comme tout le monde (Il faut hurler avec les leux).

L’expression, entre le 15ème et le 18ème siècle, était moins péjorative qu’actuellement. En effet elle invitait plutôt à se rallier à l’opinion dominante et éviter de se distinguer. Mais cela ne reflétait pas une éventuelle volonté de nuire.
Ce sens s’inspirait d’ailleurs d’un proverbe en latin médieval “ Consonus esto lupis, cum quibus esse cupis“. La traduction en est “Sois en accord avec les loups avec lesquels tu désires être“. On en trouve un exemple dans un document datant de 1105 selon des manuscrits de la bibliothèque de Valenciennes (2).

beaucoup plus tard, en 1735, Philibert Joseph le Roux, dans son “dictionnaire comique, satyrique, critique, burlesque, libre et proverbial”,  lui donne un sens proche : “s’accommoder à l’humeur et aux manières des gens avec lesquels on se trouve“. Toutefois, il cite une phrase extraite d’un recueil de pièces comiques suggérant que cela consiste à se joindre à d’autres pour rire. Ici c’est sans doute aux dépens de quelqu’un d’autre : “Sachant qu’il faut heurler avec les loups, il se mit à rire comme les autres” (3).
Au siècle précédent, en 1668 dans “Les Plaideurs“, Racine l’utilise exactement dans ce sens : “Tous ces normands vouloient se divertir de nous : on apprend à hurler, dit l’autre, avec les loups(4).

Et tout cela est confirmé dans le dictionnaire universel d’Antoine Furetière en 1690 : “On dit qu’il faut hurler avec les loups pour dire qu’il faut faire comme les autres, faire le méchant avec les méchants(5).

A partir du 19ème siècle

A partir du 19ème siècle, l’expression revêt définitivement le sens péjoratif qu’on lui connaît aujourd’hui. par exemple :
“Scènes de la vie de campagne – Les paysans” (1855) – Honoré De Balzac : ….“Si l’homme de province est sournois, il est obligé de l’être; sa justification se trouve dans son péril, admirablement exprimé par ce proverbe : il faut hurler avec les loups” (6)
“L’iniquité” (1899) – Clémenceau : “Jamais on ne vit, chez tant de représentants du droit, un si beau concert de silence. Je ne dis rien de ceux qui trouvèrent plus prudent de hurler avec les loups.

Autres expressions animalières 

Et hop un clic !

Un mot sur notre illustration

Il suffira d’un clic 

Nos sources

(1) Œuvres complètes de Eustache Deschamps publiées d’après le manuscrit de la bibliothèque nationale par Gaston Raynaud – Librairie de Firmin Didot, Paris ( 1894) – Le miroir de mariage – Page 342 – vers 10614

(2) Catalogue descriptif et raisonné des manuscrits de la Bibliothèque de Valenciennes – Imprimerie de J.Claye, Paris – Librairie Lemaitre, Valenciennes (1860) – Page 122 – Par J.Mangeard

(3) Dictionnaire comique, satyrique, critique, burlesque, libre et proverbial – Chez les heritiers de Beringo Fratres, Lyon (1735) – Page 350 “Heurler” – Par Philibert Joseph Le Roux

(4) Oeuvres de J.Racine – Tome deuxième – Librairie Hachette, Paris (1865) – Les Plaideurs – Page 145 – Par M. Paul Menard

(5) Dictionnaire universel – Tome second – Chez Arnout et Reinier Leers, Rotterdam (1690) – Page “Hurler” – Par Antoine Furetière

(6) Oeuvres complètes de H. De Balzac – La comédie humaine – 18ème volume – Scènes de la vie Parisienne – Editeur Alexandre Roussiaux, Paris (1855) – Sixième livre – Scènes de la vie de campagne – Les paysans – Page 301

(7) L’iniquité – Editeur P.V. Stock, Paris (1899) – Page 260 – Par Georges Clemenceau

Share Button

Laisser un commentaire