Que signifie Quand on parle du loup on en voit la queue ?

Quand on parle du loup on en voit la queue est employé lorsque l’on voit arriver une personne qui n’était pas attendue et qui était le sujet principal de la conversation.
Dans tous les cas, les discussions s’interrompent. En effet, si les propos tenus étaient élogieux, on s’arrête de peur de blesser la modestie de l’arrivant. Et si on parlait de cette personne en mal (ce qui est souvent le cas !), on est encore plus décidé à ne pas poursuivre la conversation.

Quelle est l’origine de cette expression ?

Tout d’abord, on peut trouver peu logique de voir d’abord la queue du loup lorsqu’il arrive quelque part ….. sauf s’il arrive à reculons. Certains adeptes des vers pensent que c’était sans doute par souci de faire rimer la locution. En effet chacun sait que loup se disait leu en ancien français. Donc, quand on voit arriver le leu on en voit la queue. Ce n’est toujours pas plus logique, mais cela rime ! Contentons-nous de cette explication.

Mais alors nous direz-vous, pourquoi le loup ? Eh bien il faudra demander aux latins. En effet ils utilisaient l’expression « lupus est in fabula ». ce qui signifie « le loup est dans la conversation ». On le retrouve notamment dans « Les Adelphes » (160 Av JC) de Terence. D’ailleurs Molière s’inspira de cette pièce comique pour « l’école des maris ».
L’expression « lupus in fabula » était utilisée chaque fois que celui dont on parlait arrivait sans être attendu. Et par sa présence il ôtait la liberté de parler. C’était basé sur ce que l’on ressentait lorsque l’on voyait surgir un loup. Par peur, la parole était alors coupée.

On voit donc que l’origine de cette expression est très ancienne.
Toutefois, la première mention en français que nous avons trouvée figure dans le dictionnaire « curiositez françoises » (1642) de A.Oudin.
Certains linguistes affirment que l’expression était déjà utilisée au 15ème siècle. Mais nous n’en avons pas la preuve.

Pour terminer, remarquons que l’expression est parfois tronquée. En effet certains disent « Quand on voit le loup …. ». Alors est-ce par crainte d’allusion graveleuse qu’ils évitent de terminer la phrase ?
Ce qui est sûr c’est que, bien que cette crainte n’existât pas chez François Cavanna, il avait toutefois affirmé que « Quand on parle du loup entre bègues, on n’en voit jamais la queue ».

Autres expressions animalières 

Et hop un clic !

 

Share Button

Laisser un commentaire