Que signifie Parler à la cantonade ?

Parler à la cantonade c’est parler à un groupe de personnes en ne s’adressant à personne en particulier.

Quelle est l’origine de l’expression ?

Jargon des coquillards

Dans la deuxième moitié du 15ème siècle, le mot cantonade, emprunté au provençal “cantonada”, est utilisé avec le sens de “angle de maison” ou “coin de rue”.
A cette époque, François Villon composa des “ballades en jargon”. Le mot jargon servait alors à désigner le langage secret d’individus vivant en rupture avec l’ordre social, notamment des bandits, tricheurs, voleurs et mendiants. Le premier jargon connu est celui de bandits que l’on appelait “Coquillards” (membres de la bande de la Coquille). Un procès fut ouvert contre eux à Dijon en 1455. François Villon eut-il l’occasion de les côtoyer ? Sans doute car il leur adressa deux ballades en jargon. Et dans ce jargon des coquillards, on trouvait l’expression “bailler la cantonade“. Littéralement on pouvait le traduire par “donner le coin de la rue”. Et, en fait, cela signifiait “prendre un autre chemin quand on se sent poursuivi”.

Entrée en scène de l’expression

A la fin du 17ème siècle, le mot est passé dans le langage du théâtre.
Dans “le théâtre italien de Gherardi” (1694), on explique : “cantonade signifie aile, coin, côté du théâtre. Arlequin parlant à la cantonade c’est à dire Arlequin parlant vers l’aile, le coin, côté du théâtre“.
Parler à la cantonade c’était donc parler à un personnage qui n’était pas en scène.

Le sens actuel est une métaphore issue de cet emploi théâtral. Il n’est plus question de coulisses, la personne qui parle à la cantonade ne vise pas un interlocuteur précis et s’adresse en réalité à tout le monde sans attendre de réponse.

Autres expressions du site savour.eu ?

Un mot sur notre illustration

Un clic pour en savoir +

 

Share Button

Laisser un commentaire